Endocrinologie   A   C   D   E   F   H   I   L   M   P   R   S   T   A-Z 

Spécimen Norme Unité Méthode *
IGF1 IGF-1 (Somatomédine C)
envoi congelé
sérum, congelé 1 ml

voir dossier

ng/ml
CLIA
Général L'IGF-1, syn. somatomédine C, est l'une des hormones de croissance située dans de nombreux tissus, en particulier dans l'hypothalamus. Principalement synthétisée dans le foie, elle influence la croissance du corps. Sa sécrétion est activée par l'hormone GHRH de l'hypothalamus et limitée par la somatostatine. Par rapport à l'hormone de croissance humaine qui est sécrétée la nuit, la somatomédine C n'est pas soumise aux rythmes du jour et de la nuit. En outre, la SMC présente un effet anti-insuline. Un autre test spécifique est la protéine-3 de liaison aux IGF (IGFBP3).
Remarque : Le test de suppression de STH est le meilleur moyen de diagnostiquer la surproduction de STH (s’y reporter). Le dosage de IGFBP3 apporte des informations supplémentaires
Indication Croissance accrue, acromégalie (surveillance, évaluation de l'activité et contrôle thérapeutique), retard de croissance dû à un déficit en hormone de croissance, déformations, tumeurs cérébrales, traumatismes cérébraux, hypofonctionnement hypophysaire.
Pré-analytiques Stabilité de l'échantillon: réfrigéré <24 h, congelé env. 12 mois. Pour un stockage / envoi plus long, veuillez congeler l'échantillon de sérum. Les anticoagulants (héparine etc.) peuvent provoquer de faux résultats.
Évaluation Taux élevé : gigantisme hypophysaire des enfants, acromégalie chez les adultes, tumeurs cérébrales extrahypothalamiques (craniopharyngiome, histiocytose X, gliomes, hamartomes, adénomes), adiposité, grossesse.
Taux abaissé : nanisme hypothalamique hypophysaire, insuffisance hypophysaire (congénitale ou acquise), anorexie nerveuse (taux élevé de STH), fatigue physique, jeûne (chute de SMC après environ 10 jours), âge, malformations, indications, post-infection, posttraumatisme, après rayonnements système nerveux central, repas riches en hydrates de carbone, malabsorption (maladie coeliaque), diabète, maladies chroniques inflammatoires, hypothyroïdie.
Remarque : les anticoagulants (héparine, etc.) peuvent entraîner de faux résultats.

 

Spécimen Norme Unité Méthode *
IGF2 IGF-2 (Somatomédine A)
envoi congelé
sérum 1 ml

voir dossier

ng/ml
RIA
Général IGF-2 (syn. Somatomédine A, facteur de croissance analogue à l'insuline 2) est l'une des trois hormones protéiques qui partagent la similarité structurelle de l'insuline. IGF-2 exerce ses effets en se liant au récepteur IGF-1. IGF2 peut également se lier au récepteur IGF-2 (également appelé récepteur 6-phosphate de mannose indépendant des cations), qui agit comme antagoniste de signalisation, c'est-à-dire pour prévenir les réponses IGF2. Il subit une co-sécrétion à médiation glucosée avec l'insuline et agit comme amplificateur physiologique de la sécrétion d'insuline à médiation glucosée. De plus, il présente des propriétés ostéogéniques en augmentant l'activité mitogène de l'ostéoblaste par phosphoactivation.
Le rôle majeur d'IGF2 est en tant qu'hormone de favoriser la croissance pendant la gestation sous l'influence du lactogène placentaire. Elle est parfois produite dans les tumeurs non dérivées des ilots de Langerhans (syndrome paranéoplasique), causant l'hypoglycémie (syndrome de Doege-Potter).
Indication Suspicion d'hypoglycémie paranéoplasique
Pré-analytiques stockage et envoi congelé

 

Spécimen Norme Unité Méthode *
IGFB IGFBP-3
envoi congelé
sérum, congelé 1 ml

voir dossier

μg/ml
LIA
Général Les IGBFBP-3 remplissent la fonction de protéines de transport, elles protègent l’organisme de l’effet hypoglycémique de la somatomédine et dirigent les effets biologiques de la somatomédine sur les cellules cibles. Le lieu principal de production de l’IGFBP-3 se trouve dans les ostéoblastes. L’hormone de croissance est un régulateur important de l’IGFBP-3. Le rythme circadien est peu prononcé et la lente dynamique du paramètre permet de dire que l’IGFBP-3 reflète la sécrétion de l’hormone de croissance sur plusieurs jours. C’est pourquoi un dosage unique est suffisant. Comme IGF-1, l’IGFBP-3 est fortement dépendant de l’âge, avec des taux bas chez les petits enfants et un pic au cours de la puberté.
L’IGFBP-3 est particulièrement approprié pour distinguer avec une précision maximale les enfants de petite taille sans carence en hormone de croissance et ceux qui sont atteints d’une carence classique en hormone de croissance. Ceci ne vaut pour l’IGF-1 que pour les enfants âgés de plus de 8 ans, car chez les enfants plus jeunes le taux bas normal d’IGF-1 est un handicap par rapport à l’IGFBP-3.
Indication Diagnostic de l'hyposomie «classique», acromégalie, suivi du traitement de l'acromégalie, non comme test de première intention recommandé dans l'évaluation des troubles de la croissance. Aide au traitement de l'hypopituitarisme antérieur suspecté.
Pré-analytiques stockage et envoi congelé
Évaluation Taux élevé : Les niveaux d'IGFBP-3 et d'IGF-1 indiquent une surproduction prolongée de GH ou un traitement excessif par rhGH. L'excès de GH endogène est principalement causé par des adénomes hypophysaires sécrétant de la GH, entraînant un gigantisme, si acquis avant la fermeture épiphysaire, et une acromégalie par la suite.
Taux abaissé : petite taille avec carence en hormone de croissance, ostéoporose

 

Spécimen Norme Unité Méthode *
DFI Index de fragmentation de l'ADN spermatique
envoi congelé
plasma séminal 2 ml
< 15
%
FCM
Général L'évaluation des caractéristiques du sperme est la première étape de l'examen du partenaire masculin. Le diagnostic clinique et la prise en charge de l'infertilité masculine est généralement basé sur des paramètres conventionnels de sperme. Bien que l'analyse conventionnelle du sperme soit un test obligatoire lorsqu'on conseille un couple infertile, elle manque d'informations sur l'intégrité de l'ADN et elle n'est pas toujours suffisante dans l'évaluation de la fonction spermatique et de l'infertilité masculine. De plus, il n'évalue pas le résultat en termes de fertilité ou de la bonne qualité du sperme.
Il a été rapporté que l'infertilité masculine est associée à une mauvaise intégrité de l'ADN du sperme, et un pourcentage élevé d'entailles d'ADN endogène dans le sperme éjaculé a été corrélé avec une fertilité réduite. L'intégrité de l'ADN nucléaire des spermatozoïdes est un indicateur de la santé cellulaire et il y a une prise de conscience croissante de son importance dans la procréation assistée et en particulier dans les cycles d'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).
L'ICSI est une méthode de fécondation in vitro (FIV) qui contourne les mécanismes de sélection naturelle et surmonte les facteurs qui, autrement, pourraient entraver la fécondation. Pendant l'ICSI, un spermatozoïde est immobilisé, aspiré à l'aide de la pipette d'injection et injecté dans le cytoplasme d'un ovocyte de métaphase II (MII), dans une position éloignée du premier corps polaire. ICSI peut être appliqué soit avec des spermatozoïdes éjaculés, soit avec des spermatozoïdes d'origine épididyme, avec des spermatozoïdes testiculaires ou même avec des spermatozoïdes prélevés dans l'urine post-éjaculatoire, en cas d'éjaculation rétrograde.
La sélection du spermatozoïde à injecter dans l'ovocyte est basée sur la morphologie brute et la motilité. Cependant, la morphologie et la motilité des spermatozoïdes ne vont pas toujours de pair avec l'intégrité de l'ADN. Par conséquent, dans ICSI, il y a toujours le risque d'utiliser par inadvertance des spermatozoïdes dont l'ADN est endommagé. Dans les cas de sperme de mauvaise qualité, le risque est probablement plus élevé, car il a été rapporté que le sperme de mauvaise qualité a une proportion accrue de spermatozoïdes avec fragmentation de l'ADN. Le pourcentage de spermatozoïdes avec fragmentation de l'ADN nucléaire, appelé indice de fragmentation de l'ADN (DFI), a été associé à l'échec de la fécondation ou à des dommages possibles au fœtus.
Indication Stérilité idiopathique, tératozoospermie, syndromes de l'OAT, variocèle, non descente des testicules, fécondation manquée, fertilisation insuffisante malgré les paramètres normaux du sperme, contact avec des allergènes toxiques
Pré-analytiques l'échantillon doit être congelé immédiatement pour l'envoi
Évaluation Les causes de dommages dans l'ADN des spermatozoïdes sont l'apoptose, les infections, les varicocèles, plusieurs thérapies (chimiothérapie, radiothérapie) et le stress oxydatif (ROS). D'autres sont le tabagisme, les facteurs de style de vie, les médicaments ou les applications thermiques chroniques. Le taux de fragmentation de l'ADN peut être positif en évitant le noxa, en traitant les infections du tractus urogénital ou en traitant les antioxydants.

 

Spécimen Norme Unité Méthode *
INHA Inhibine A
sérum 1 ml

voir dossier

pg/ml
LIA
Général L'inhibine A est secrétée par les gonades et a pour rôle de réguler la sécrétion de FSH hypophysaire. L’inhibine A présente un pic péri-ovulatoire et atteint son pic maximal lors de la phase lutéale, soit 5 à 7jours après le pic de LH: en l’absence de fécondation, le taux d’inhibine A décroît ensuite comme celui de l’estradiol et de la progestérone. Pendant la grossesse, l'inhibine est secrétée de plus par le placenta et son taux plasmatique s'élève.
Les dosages d’inhibine A servent à évaluer le risque de trisomie 21 fœtale par les marqueurs sériques maternels en association avec les dosages d’AFP, d’hCG et d’estriol non conjugué (voir quadruple test de Wald)
Évaluation Taux élevé : pendant la grossesse des niveaux élevés dans le sang maternel peuvent indiquer une trisomie 21 (syndrome de Down) de l'enfant.

 

Spécimen Norme Unité Méthode *
INHB Inhibine B
envoi congelé
sérum 1 ml

voir dossier

pg/ml
EIA
Général Chez la femme: L’inhibine B, chez la femme non enceinte, est produite majoritairement par les cellules granuleuses des ovaires. Elle agit directement sur l’hypophyse pour inhiber la sécrétion de FSH. La chute du taux d’inhibine B est la principale cause de l’augmentation du taux de FSH pendant la préménopause. Le dosage de l’inhibine B permet donc d’évaluer la réserve ovarienne et la probabilité d'une grossesse menée à terme. Elle est directement produite par les follicules en maturation et donc, contrairement à la FSH hypophysaire, elle fournit une indication directe du nombre de follicules en cours de maturation. Par ailleurs, l’inhibine B indique l’épuisement de la réserve ovarienne plus tôt que la FSH.
Chez l’homme: l’inhibine B représente chez l’homme un signe de rétrocontrôle négatif sur la sécrétion de la FSH (cellules de Sertoli). La concentration sérique d’inhibine B est le reflet de la qualité de la spermatogenèse. Dans tous les troubles fonctionnels des testicules, y compris l’hypogonadisme hypogonadotrope , la concentration sérique d’inhibine descend. inhibine est également un bon indicateur de l’endommagement de l’épithélium germinatif après l’irradiation du testicule et s’utilise comme facteur pronostique de la reprise de la spermatogenèse. Le dosage combiné de la FSH, de la LH et de l’inhibine B permet une évaluation de la fonction testiculaire nettement améliorée par rapport au seul dosage de la FSH et de la LH.
Remarque: le dosage de l’inhibine B doit être effectué chez la femme au 5e jour du cycle (comme l’estradiol, l’inhibine B varie fortement au cours du cycle menstruel).
Indication Marqueur tumoral, fonction ovarienne et testiculaire
Pré-analytiques congeler le sérum pour le transport / stockage si plus de 8 h

 

Insuline
Spécimen Norme : Unité Méthode *
INSUL Insuline >> Appendice
stockage et envoi congelé
sérum, congelé 1 ml
3.0 - 25.0
μU/ml
CLIA
IPROIN Proinsuline intacte >> Appendice
stockage et envoi plasma EDTA congelé
plasma EDTA, congelé 1 ml
< 11.0
pmol/l
EIA
INSULF Insuline, liquide amniotique
stockage et envoi congelé
liquide amniotique 1 ml
à 20
μU/ml
HOMA Indice HOMA
    INSUL Insuline >> Appendice
stockage et envoi congelé
sérum, congelé 1 ml
3.0 - 25.0
μU/ml
CLIA
    GLUN1 Glucose, NAF, à jeun
stockage et envoi congelé
sang NaF 2 ml
Enceinte: < 92
60 - 100
mg/dl
PHO
    INHOM Résistance à l'insuline, indice HOMA
calculé
< 2.0 normale
> 2.0 début de la résistance à l'insuline
> 2.5 résistance à l'insuline probable
> 4.0 résistance à l'insuline confirmée
> 5.0 HOMA, diabète type 2

* Genaue Methodenbezeichnung sowie Durchführungsorte sind im Tool Tip bei der Methodenabkürzung hinterlegt (Maus über Methodenkürzel ziehen)